Revenons de façon pragmatique sur certains événements rapportés dans l’Exode et tout d’abord les 10 plaies d’Egypte

Ceci est une re-publication d’un article paru il y a quelques jours. Je publierai très bientôt un article sur une étude scientifique du partage des eaux par MoÏse

Alors que la fête juive de Pessah (Paque juive) commémorant la sortie du peuple juif de l’esclavage a commencé hier , il peut sembler opportun de se poser la question : les 10 plaies dont l’Egypte aurait été la victime lors de l’épisode biblique de l’Exode auraient-ils pu s’inspirer de faits réels ?

Vous vous souvenez probablement avoir vu dans votre enfance (ou depuis car il repasse souvent), le peplum les 10 commandements avec Charlton Heston dans le rôle de Moïse sauvé des eaux, la fuite d’Egypte après que se soient abattues les 10 plaies, la traversée du désert, l’ascension du mont Sinaï où Dieu lui remet les tables de la loi, la traversée de la mer rouge  etc

En effet, il est frappant de constater que la succession des plaies qui s’abattent alors sur pharaon et sur son peuple obéit à un enchaînement quasi naturel, chaque fléau pouvant se lire comme la conséquence des précédents selon la dynamique d’un terrifiant effet domino: la mort des poissons du Nil qui engendre une invasion terrestre de grenouilles, la pourriture des poissons attirant les mouches et les parasites, qui propagent des maladies parmi les animaux et les Hommes, et ainsi de suite

Il est un évènement géologique majeur qui pourrait effectivement avoir donné naissance à la série de cataclysmes qui frappèrent l’Egypte ancienne et servi de ferment au mythe de la fuite de Moïse et des siens : l’éruption du mont Santorin.

Situé à 800 km à vol d’oiseau au nord-ouest du pays des pharaons, ce volcan de la mer Égée en bordure de la Crète entra en éruption entre 1650 et 1600 avant notre ère avec la puissance explosive d’une quarantaine de bombes atomiques, ne laissant en lieu et place du cône volcanique qu’une immense caldeira béante ! En deux jours, 120 km3 de matières éruptives, soit 40 fois plus que lors de l’éruption du Vésuve qui ensevelira Pompéi en 79 après JC, furent expulsées à 30 km d’altitude dans un panache qui tutoya la stratosphère.

Des fouilles entamées en 1967 exhument sous des couches épaisses de cendres et de pierres ponces, les restes d’Akrotiri, une des villes naguère florissantes de l’île.

Quelles furent les conséquences de cette gigantesque éruption ? Ce qui est certain, c’est que les cendres du Santorin ont atteint le delta du Nil, des relevés stratigraphiques en attestent. De là à en conclure que l’un des plus violents évènements volcaniques à laquelle l’espèce humaine put être témoin ait inspiré un épisode de la Bible, il n’y a qu’un pas, franchi par Gilles Lericolais, géologue et directeur des affaires européennes et internationales de l’Ifremer qui travailla sur la question il y a quelques années avec un collègue new-yorkais, William Ryan. « À cause la courbure de la Terre, explique-t-il, les égyptiens n’ont pas été en mesure de voir l’éruption du Santorin. Mais nous pensons qu’ils ont dû en subir fortement les conséquences. »

Première plaie d’Egypte  » ….toutes les eaux qui sont dans le fleuve se chargèrent en sang « 

Plusieurs explications peuvent expliquer cette première plaie. Comme « les réactions des pluies acides sur les argiles favorisant le lessivage et l’augmentation du fer dans les eaux du Nil », avance Gilles Lericolais. Autour du Santorin, on retrouve des ignimbrites rouges, des roches constituées de débris de laves acides. Elles confèrent une teinte carmin à certaines plages de Santorin.

Un cratère à l’ouest de l’archipel du Mont Santorin, à cap Akrotiri. On y voit affleurer la roche rouge faite d’ignimbrites.

Certains chercheurs évoquent également la prolifération massive d’algues rouges dans le fleuve suite au changement de conditions climatiques. Connu sous le nom d' »Efflorescence algale », ce phénomène affecte par exemple de temps en temps le golfe du Mexique, alors la proie d’une invasion exubérante de l’algue microscopique Karenia brevis qui en rougit les eaux et intoxique les poissons.

Deuxième plaie  » …les grenouilles montèrent et recouvrirent l’Egypte « 

Les pluies torrentielles et l’augmentation du taux d’humidité de l’air consécutives à l’éruption auraient poussé les batraciens à sortir de leurs cachettes pour envahir en masse les villages et rejoindre leurs lieux de reproduction. Autre hypothèse : surchargé en sédiments rouges, le Nil s’est appauvri en oxygène, décimant les poissons et poussant les amphibiens à s’en extirper pour respirer.

Troisième et quatrième plaies

 » …toute la poussière du sol se changea en moustiques « 

 » …des taons en grand nombre entrèrent […] dans tout le pays d’Egypte « 

Devant le cataclysme, les insectes ont dû se replier en masse vers le sud. Profitant de la pluviosité, ils se sont mis à pulluler, transportant avec eux une kyrielle de maladies et d’affections diverses.

Cinquième plaie  » …tous les troupeaux des égyptiens moururent « 

Rien d’étonnant à ce que la prolifération soudaine d’insectes nuisibles ait décimé le bétail. Plusieurs suspects ont été montrés du doigt. John Marr et Curtis Malloy, épidémiologistes au département de santé publique de New York penchent pour un moucheron du genre Culicoïdes. Porteur d’agents pathogènes pour les animaux, l’insecte présente la particularité de pouvoir véhiculer deux maladies virales distinctes : la peste équine et la maladie de la langue bleue qui touche principalement le bétail.

Sixième plaie  » …gens et bêtes furent couverts d’ulcères bourgeonnant en pustules « 

Pour expliquer cette plaie, nous avons l’embarras du choix. Des larves de diptères, des maladies parasitaires comme la leishmaniose ou encore le caractère acide des précipitations peuvent tout à fait expliquer l’apparition de lésions cutanées sur les humains et les animaux.

Septième plaie  » …Yahvé fit tomber la grêle sur le pays d’Egypte « 

Il n’est pas rare qu’une éruption volcanique s’accompagne d’orages de gros grêlons formés, non de glace, mais d’accrétions de cendres. Ce fut notamment le cas lors de l’éruption du mont Saint-Helens en 1980.

Huitième plaie  » …les sauterelles […] couvrirent toute la surface du pays… « 

Suivant le sillage des autres insectes fuyant vers le sud, une infestation de criquets pélerins, dont l’une des aires de regroupement se situe justement autour de la mer rouge, a pu traverser l’Egypte ravageant les cultures et la végétation.

Neuvième plaie  » …il y eut d’épaisses ténèbres… « 

Il se pourrait que les auteurs de cet épisode de la Bible aient bousculé la chronologie des évènements. Si les ténèbres ont envahi la région, c’est plus sûrement aux premiers temps de l’éruption, un nuage de poussières ayant obscurci le ciel des jours durant.

Dixième plaie  » …tous les premiers-nés mourront dans le pays d’Egypte… « 

Ce dernier fléau, apex de la colère divine, ne doit pas être pris au pied de la lettre. Il semble plus vraisemblable que les conséquences de l’éruption et le déferlement de pluies acides aient rendu l’eau potable impropre à la consommation et qu’une famine ait commencé à se développer suite aux récoltes dévastées. « De plus, un changement d’hygiène dans la société égyptienne a pu provoquer le développement du choléra, en plus du paludisme et du typhus » ajoute Gilles Lericolais. Toutes les conditions étaient alors réunies pour éliminer les plus faibles et les nouveaux-nés.

*Citations de la Bible extraites du Livre de l’Exode, chapitres 7 à 12. Bible de Jérusalem, traduction des dominicains de l’Ecole biblique. Editions Fleurus/Cerf

12 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Merci Serge un moment d histoire, je l’avoue que je connaissais mal. Il n est jamais trop tard pour se cultiver

  2. très intéressant

  3. Lu avec beaucoup d’i

  4. Toujours intéressants ces rappels à l’Histoire!

  5. Très intéressant
    J’attends avec impatience la théorie de la séparation des eaux

    • Gourcuff sur 24 avril 2020 à 10 h 05 min

    Très intéressant et, on se cultive ….

  6. lu , étonnant!!

  7. même phénomène pour le nom de la mer rouge…Article très intéressant

  8. Lu il y aquelques jours, effectivement très intéressant

    • MHVDB sur 26 avril 2020 à 15 h 43 min

    Passionnantes explications ! Dire que 2020 a vu aussi une invasion de criquets dans certains pays avant la pandémie COVID-19 …

  9. Temps de rédaction des réponses assez limité

      • MHVDB sur 27 avril 2020 à 10 h 27 min

      Pour le prolonget il faut re-cocher la case je ne suis pas un robot, autant de fois que nécessaire. Je parle d’expérience, le fameux browser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.