Expressions Populaires, Pourquoi dit on…?

POUR DES PRUNES.

En 1148, les Croisés mettent le siège devant Damas. La ville est riche et particulièrement célèbre pour ses prunes dont la saveur dit-on, est exceptionnelle.

Le siège s’éternise et les Croisés perdent patience. Damas ne cédera pas, et dès lors, il faut faire demi-tour. Que de temps perdu pour rien, tout au plus pour quelques prunes.

Les Croisés se désolaient d’avoir fait un voyage aussi long pour des prunes. L’expression s’est conservée au fil des âges : elle signifie que l’on a accompli une action pour presque rien.

EN ODEUR DE SAINTETE

On a jadis rapporté que le corps d’un saint passait pour dégager une odeur suave qui le distinguait des autres cadavres au moment de la mort. Etre en odeur de sainteté signifie être en état de perfection tel qu’une canonisation est envisageable.

Aujourd’hui, l’expression s’applique à celui qui bénéficie de bonnes grâces, d’estime et qui est considéré comme un favori.

POURQUOI AU TENNIS COMPTE -T- ON LES POINTS PAR 15, 30 ou 40?

La façon de compter les points au tennis vient du jeu de paume.

Ce jeu français, très pratiqué aux 16e et 17e siècles, est l’ancêtre du tennis créé par les Anglais au 19e siècle (« tennis » est d’ailleurs la déformation du mot français « tenez ! », prononcé par le joueur qui lançait la balle).

Au jeu de paume, on suppose que le vainqueur du point devait avancer à chaque fois de 15 pas en direction du filet (15, 30, 45 ou 60 pas en partant de la ligne de service), et celui qui atteignait le filet, situé à 60 pas, remportait le jeu. Le nombre 40 serait un raccourci de 45, trop long à prononcer. Quand les joueurs étaient à égalité à 40, l’avantage consistait à faire 5 pas supplémentaires.

15 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • coste sur 21 décembre 2018 à 12 h 12 min

    les anglais n’ont pas invente le tennis pas plus que la peche à la mouche ni le rugby.Merry chrytmas and happy new year à la Fede

    • houis sur 21 décembre 2018 à 12 h 44 min

    lu

    • friedmann sur 21 décembre 2018 à 19 h 12 min

    Amusant

    • Dominique HERBECQ sur 21 décembre 2018 à 19 h 33 min

    Il paraît que ces pauvres anglais n’ont pas plus inventé le god save the king ! Cela remonterai à une intervention sur le roi Louis XIV et que quelqu’un aurait dit que Dieu sauve le roi ….

    1. tu as vraiment de bonnes lectures Dominique !!! par exemple ça?
      https://fniaaihrs.fr/vous-necouterez-plus-lhymne-anglais-de-la-meme-facon/

    • farnos sur 21 décembre 2018 à 19 h 46 min

    pour atteindre un abricot on pouvait aussi faire le siège longtemps…..

    • Dominique Herbecq sur 21 décembre 2018 à 20 h 31 min

    Tu vois que je lis tes articles et que je n’en rappelle….un peu !
    Continue et merci et joyeux Noel

    • DUBOIS sur 21 décembre 2018 à 20 h 51 min

    Excellent

  1. en restant chez les anglais: 1: le mot GOLF vient du fait qu ‘au debut de ce sport apprécié par certains de nos camarades, il était inscrit à l’entree: « Gentlemen Only Ladies Forbiden » 2: le mot FUCK date d’un ancien roi (henry. …) pudibond, qui n’autorisait que rarement les rapports sexuels meme entre maries et les jours dits faisait noter sur leur porte: » Fornication Under Contrôle of the King »! et yes! JL

    • Gourcuff sur 22 décembre 2018 à 9 h 41 min

    On s’instructionne sur le site, pas vrai ?
    Gros bisous à tous – Christiane Gourcuff

    • bertrand sur 22 décembre 2018 à 11 h 16 min

    On s’instruit …. Et l’alliance Nord-Sud vous fait les propositions suivantes!
    Bonne fin d’année , joyeuses fêtes et bises à tous!
    Cathy et Jean Gab

    « Au gui l’an neuf »: une locution qu’on entend aujourd’hui encore en certaines provinces telles que la Guyenne, la Picardie ou la Bretagne. «Au gui l’an neuf!» est un cri que poussent comme leurs aïeux immémoriaux mille jeunes gens oublieux de la signification de ces mots et qui, sans le savoir, réclament pour la nouvelle année la cueillette du gui par les druides…

    En Provence  » Bon bout d’an  » , se dit dans les derniers jours d’une année, mais toujours après Noël, et plus particulièrement le 31 décembre.

    « A l’an que ven ! Se sian pas mai, que siguen pas men, »
    ce qui se traduit par,
    ‘ Pour l’année qui vient ! si nous ne sommes pas plus, ne soyons pas moins ‘
    ( c’est à dire qu’il n’y ait pas de décès)

    • Daniel LOURENÇO sur 28 décembre 2018 à 16 h 26 min

    intéressant

    • Albert Schnebelen sur 3 janvier 2019 à 13 h 08 min

    Très intéressant

    • Coste Leenhardt C sur 9 janvier 2019 à 10 h 42 min

    Se croire sorti de la cuisse de Jupiter
    Le dieu grec Dionysos a été porte naturellement par sa mère pendant 6 mois ,il fut ensuite cousu dans la cuisse de son père.Et son père Zeus ou Jupiter pour les romains n était pas n importe qui mais le premier des dieux de l Olympe ,le dieu des dieux
    Être un bouc émissaire
    La bible (Lévitique XVI) raconte que chaque année les prêtres rejetaient symboliquement tous les péchés d Israël sur un pauvre bouc avant de le lâcher dans le désert .L’animal avait une mission celle de soulager la communauté des fautes et autres faiblesses .C était donc un émissaire (du latin emittere « envoyer » ). Un bouc émissaire

    • Bernard HOUIS sur 9 janvier 2019 à 14 h 50 min

    LU

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.