Notre Président a plusieurs hobbies dont l’œnologie, il nous donne ici un « avant goût » de notre prochain congrès

Le vignoble de la vallée de la Loire proposé par Jean-Claude Friedmann

« voilà un premier article sur le vignoble de Loire que nous découvrirons au congrès de Blois.
C’est une présentation générale

Un deuxième suivra sur les cépages

Le vignoble ligérien suit son fleuve sur 600km des coteaux du Forez aux Fiefs vendéens. Ceci explique une très large variété de ses vins, le rendant complexe à appréhender. Les vins de Loire trouvent leur force, leur originalité et leur juste nature en jouant sur les registres de la fraicheur, du fruité et surtout d’une excellente digestibilité.

Les terroirs viticoles de Loire sont situés sur la façade orientale de relief, leur arrêtant l’excès d’humidité des vents dominant venus de l’Océan ; seuls demeurent la douceur des températures et l’ensoleillement, mais ils peuvent être touchés par le gel comme en 2016.

Sur le plan géologique, les terroirs nantais et d’Anjou reposent sur des granits, des gneiss et surtout des schistes. La zone centrale de Touraine est constituée de sols argilo-calcaires recouverte de tuffeau (pierre utilisée dans tous les châteaux de la Loire. Enfin vers Sancerre on trouve des sols marno-calcaires.

Sans hiérarchie de terroir comme en Bourgogne ou en Alsace, ni classement historique à la bordelaise, les domaines ligériens ne facilitent pas l’accès aux meilleurs producteurs ; alors que leurs qualités sont bien réelles pouvant se résumer en : diversité – qualité – économie. Diversité, parce que cette région produit aussi bien de grandioses liquoreux et des blancs secs à la tension minérale ; des rouges sur le fruité de leur jeunesse et d’autres capables de vieillir avec complexité. Qualité avec nombres de domaines faisant partie de l’élite nationale mais aussi une nouvelle génération de vignerons biodynamistes dont certains tentés par les vins natures. Economique avec un très beau rapport qualité prix sur l’ensemble du vignoble.

Le vignoble de la vallée de la Loire est l’un des plus complexe de France dont on dénombre 68 appellations se distingue en 4 grandes zones viticoles : pays nantais – Anjou-Saumur – Touraine – les vignobles du centre.

  • Le pays nantais : principalement 4 appellations de muscadet dont le Sèvre et Maine est la plus vaste ; de plus petite envergure on trouve le gros plant nantais ainsi que les Fiefs Vendéens.
  • Anjou-Saumur : Anjou à dominante de blancs, Anjou-villages et Anjou-villages Brissac réservés aux rouges. Savennières : magnifique terroir de grands blancs de chenin avec 2 terroirs phares = Roche aux Moines et Coulée de Serrant. Coteaux du Layon Bonnezeaux et Quarts de Chaume donnent de magnifiques liquoreux de très grande garde. Pour le Saumurois produisant une dominante de blancs secs , Saumur-Champigny est une appellation exclusive de rouge parmi l’élite hexagonale dont le « Clos Rougeard » et le « Domaine des Roches Neuves ».
  • Touraine : Chinon Bourgueil et Saint Nicolas de Bourgueil sont de belles appellations de rouge. Blois, destination de notre congrès, s’y trouve avec ses 2 appellations : Cheverny et Cour-Cheverny que nous découvrirons lors de la soirée Tonus.
  • Les vignobles du centre : Sancerre Pouilly Fumé et Menetou-Salon où le cépage Sauvignon se montre ici d’une extrême finesse ; certains domaines élaborent de beaux rouge en pinot noir. Quincy et les vignobles du massif central restent des appellations plus anecdotiques. »

16 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • Gillaux sur 8 janvier 2019 à 10 h 01 min

    on goûte à tout? avec modération j’entends bien …., bises jocelyne.

    • alain gourcuff sur 8 janvier 2019 à 10 h 17 min

    Pourquoi avec modération ????? bises – Alain

    • Coste Andre sur 8 janvier 2019 à 11 h 55 min

    Tu as oubliè les vins à bulles mais boff . Aurons nous droit à la coulèe de Serrant? Ce serait un grand moment.

    • jl baleynaud sur 8 janvier 2019 à 12 h 28 min

    quelle science! JL

    • houis sur 8 janvier 2019 à 12 h 50 min

    et glou et glou et glou

    • gillaux sur 8 janvier 2019 à 12 h 53 min

    Petit souvenir rapporté d’Yves Gillaux lorsqu’il fut convoqué au commissariat de Rennes suite au congrès de Riom ou le mot modération était inconnu et ou il dû répondre  » entre autre « à une réflexion faite à La force publique  » Bande de cancrelas vous êtes tout justes bons à me cirer les bottes » certains anciens s’en souviennent ils? j’aimerai les revoir à Blois, Jocelyne.

    • Schnebelen ALBERT sur 8 janvier 2019 à 14 h 12 min

    Quelle culture !

    • farnos sur 8 janvier 2019 à 17 h 21 min

    comme disait Haddock à Cheverny la bouteille se vide que lorsqu’on « sancerre ».
    Merci Président

    • Jean-Claude BELTRANDO sur 8 janvier 2019 à 18 h 42 min

    Ah je voyais bien que notre Président prenait de la bouteille !

    • JEAN LOUIS DUBOIS sur 8 janvier 2019 à 19 h 17 min

    Ce n’était pas à Riom mais au Congrès de Chatel Guyon, sous la présidence de Yves Gillaux à qui je devais succéder quelques années plus tard avec tous les amis de la même équipe.
    Souvenirs, souvenirs…

      • gillaux sur 8 janvier 2019 à 20 h 12 min

      Merci Jean Louis de rectifier il y avait aussi d’un bateau aux amarres rompues?, j’ai hésité sur le congrès! et heureuse de te retrouver à Blois , tu pourrais ainsi compléter les dates et lieux des anciens congrès car j’ai de multiples photos que j’aimerai classer , Jocelyne.

    • DUBOIS sur 8 janvier 2019 à 20 h 27 min

    Le bateau aux amarres rompues’ c’etait au congrès de Bendor.
    Pourquoi pas venir à Blois si je peux…
    Amicalement

    • Raufast Danièle sur 12 janvier 2019 à 18 h 54 min

    C’est une véritable science ! Culture de Président ! Merci !
    Et nous serons heureux de retrouver des Anciens à Blois.

    • Christine CHARLE sur 13 janvier 2019 à 20 h 19 min

    Oui il existe des crémant de Loire.. et aussi un cru assez confidentiel: le romorantin!
    On prévoit un pré congrès oenologique? On a un ami qui a caveau à Saumur.
    Bises à tous

    • Jacques RIVOALLAN sur 13 janvier 2019 à 21 h 10 min

    je n’ai pas vu cité les Montlouis qui sont aussi des crus intéressants et festifs

    • Friedmann sur 13 janvier 2019 à 23 h 10 min

    Bien vu, je parlerai du romorantin entrant dans la composition des blancs de Cheverny
    Montluouis possède un grand domaine : celui de Chidaine qui sera aussi évoqué plus loin
    On s’apercoit au vu des ses réflexions toute la complexité de cette région qui en fait son intérêt

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.