Quelques anecdotes de consultation pour égayer un peu l’ambiance de la réforme et en faire profiter les copains. Amitiés de Bebel

Les pires excuses de patients

Reddit est un des principaux sites de discussion du web anglophone. Quand un utilisateur se pique de demander aux médecins du forum leurs pires anecdotes sur ce que les patients n’ont jamais voulu admettre, le fil obtient la bagatelle de 44 000 réponses et commentaires ! Egora en a sélectionné et traduit un florilège. L’occasion de se replonger dans l’atmosphère des urgences un samedi soir…

• En plein dans le mille (ScienceofFish)
« Je suis infirmière. J’ai eu un patient avec un cure-dent dans l’urètre. Il n’a jamais voulu me dire comment il était arrivé là, et m’a soutenu qu’il était en train de se curer les dents quand le cure-dent est tombé dedans. »
• L’attaque de la ligne blanche (StercusCircus)
« J’ai admis un type pour un douleur à la poitrine. Pour mon diagnostic, j’ai fait un test urinaire qui est revenu positif à la cocaïne.
Comme le reste du bilan cardiaque était négatif, je lui ai dit : « Bonne nouvelle, ce n’était pas une attaque. C’est sans doute la cocaïne qui a provoqué vos douleurs. »
Sa réponse : « Je n’ai pas pris de cocaïne. Vous voyez, j’étais à une fête et des gens ont sniffé quelques lignes sur une table. Quand je suis passé à côté, un ventilateur m’a envoyé la cocaïne au visage. » »
• Lune de miel (-karrde)
« Un de mes profs nous a raconté que lorsqu’il travaillait aux urgences, un homme a refusé d’expliquer comment un pot a fini coincé dans son rectum.
Ils étaient en train de l’emmener au bloc parce que ça avait créé un effet ventouse et il fallait briser le pot pour le retirer. Et là ils ont réalisé qu’il avait une glycémie au plafond. Vraiment, vraiment, haute. Ils hésitaient à repousser l’opération pour comprendre pourquoi. Il a fini par leur avouer que le pot était plein de miel. »
• Maltraitance infirmière (phenerganandpoprocks)
« Je suis infirmière. Une fois, une patiente m’a accusée d’avoir chié dans son lit, et a menacé de me faire un procès pour faute professionnelle.
Précision importante : elle n’avait jamais quitté son lit. »
• Ces amis qui vous veulent du bien (Thenumberthirtyseven)
« J’ai eu un patient à l’hôpital, je ne sais plus pour quoi. Le truc c’est qu’il a disparu quelques heures. Quand il est revenu, il avait une tachycardie à 160 bpm, des pupilles énormes et ne tenait pas en place. On lui a demandé ce qu’il avait pris dehors. Il nous a juré qu’il était juste allé au pub pour boire une limonade. On a dit d’accord, on va faire un examen sanguin et trouver. Et là il nous lâche que ses amis avaient glissé de la drogue dans son verre, pour la blague… Du speed. »
• Ceci n’est pas une pipe (Elizb04)
Je ne suis pas médecin mais je travaillais à la com’ d’un hôpital de proximité. J’étais avec des urgentistes quand un patient régulier s’est pointé. Son truc, c’était l’automutilation. (…) Le type avait passé des heures à s’enfoncer un tournevis cruciforme dans le ventre. Avec soin, pour éviter les organes importants. C’était un toubib vietnamien avec de l’expérience, donc il en était capable. Il nous fait : « Quel tournevis ? Vous êtes fou ? ». Le médecin avait les yeux sur sa radio et on voyait la poignée du tournevis lui sortir du bide. Une lame de 10 cm de long ! »
• La bonne blague (mfitzy87)
« Une fois, une patiente est venue pour une possible infection urinaire. À l’examen elle avait un bocal en verre dans son vagin, rempli d’urine. Elle n’a jamais voulu admettre que c’était la sienne ou expliquer comment le bocal était arrivé là, même après son retrait. Elle répétait : « je pense que vous m’avez fait une blague et que vous l’avez mis là. »
• Un kebab vraiment dégueulasse (Vocalscpunk)
« Un électricien bourré avec la plus longue mèche de perceuse que j’aie vu de ma vie, qui lui traversait les deux cuisses et le scrotum au milieu, comme un kébab vraiment dégueulasse. Il était tellement saoul qu’il croyait s’être fracturé la hanche, a nié posséder des mèches de perceuse, ou même qu’il avait bu le moindre verre. »
Comment gérer un patient « emmerdeur » : manuel à destination des généralistes
• Je mange beaucoup de fruits (raftsa)
« Une fois on a eu une patiente envoyée par son médecin de famille parce qu’elle avait du sang dans les urines. On a fait une cystoscopie pour éliminer un diagnostic de tumeur. On a trouvé plein de pépins de citron à l’intérieur. Vraiment beaucoup. Quand je lui ai demandé comment c’était arrivé là, elle a dit « ben je mange beaucoup de fruits ». »
• Hallelujah (Blueskittle101)
« Mon mari est médecin. Il a reçu une fille de 17 ans avec des douleurs abdominales aux urgences. En fait, elle était en travail avancé. Elle nous promet qu’elle ne peut pas être enceinte, qu’elle est encore vierge. On voit la tête du bébé sortir et elle continue de jurer qu’elle est vierge. »
• Un beau syndrome de Münchhausen (RowYourBoat2k)
« Une patiente est venue pendant plusieurs mois avec des abcès énormes et récurrents qu’elle était incapable d’expliquer. La douleur était horrible, elle ne pouvait plus travailler. On a tout testé. A la fin son mari me dit qu’il a trouvé des seringues dans son armoire à pharmacie. On pense qu’elle s’injectait des matières fécales. Quand on lui confisqué les seringues elle a arrêté de venir aux consultations. »
• Sept ans de malheur (SealChe)
« J’ai travaillé en clinique, et on a une patiente qui se plaignait de mauvaises odeurs vaginales. Pas de problème, ça arrive tout le temps dans une clinique de gynéco-obs. Par contre elle a oublié de nous dire qu’elle avait gardé un tampon de ses dernières règles. Elle était ménopausée depuis sept ans. »
• L’amour vache (fiddyfiddy)
[Une patiente de près de 70 ans et plus de 100 kg, stomisée après une gastrectomie partielle.]
« Je devais aller la voir tous les jours. Et tous les jours je la trouvais dans son lit, entièrement recouverte d’une diarrhée à l’odeur méphitique. (Elle avait une infection à C. difficile, une vilaine bactérie que tout l’hôpital peut identifier à l’odeur.) Elle draguait les internes et discutait de la pluie et du beau temps pendant qu’on nettoyait sa merde et remettait en place sa poche de stomie. Un jour on accompagnait le CCA et on le voit entrer dans la chambre puis ressortir tout de suite en refermant derrière lui. Il nous regarde tous et nous dit : « elle train de se doigter avec de la merde partout sur elle ».
J’aimerais avoir inventé ça. Elle n’a jamais avoué mais à l’évidence, toutes les nuits, elle déchirait sa stomie et se recouvrait de merde pour attirer l’attention des médecins. »
Si vous aussi avez des anecdotes de mauvaises excuses de patients à relater, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires.

4 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • jl baleynaud sur 10 juillet 2019 à 17 h 53 min

    excellent! merci bebel

    • Peretti peretti sur 10 juillet 2019 à 23 h 45 min

    Ok

    • houis sur 11 juillet 2019 à 13 h 32 min

    très sympa sauf la dernière

    • bertrand sur 12 juillet 2019 à 8 h 13 min

    globalement assez scatologique!!
    j’aurais pas du les lire aux petit déj 🙁

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.