QUIZZ MÉDECINE : Quelle est l’origine du mot vaccin?

Quizz : De quel mot grec ou latin découle le mot vaccin et pourquoi?

Edward Jenner (1749 – 1823) est un médecin de campagne anglais connu pour être le précurseur de la vaccination, grâce à la mise en oeuvre d’une démarche s’appuyant sur une croyance populaire bien établie dans sa région . Il était notoire que les les filles de ferme…

… qui trayaient les vaches et entraient en contact avec les pustules des pis ne contractaient jamais la variole (petite vérole ou small pox), maladie très fréquente et et très grave à l’époque. Il observa qu’elles avaient toutes présenté préalablement des pustules, dues à une maladie apparentée à la variole mais sans risque majeur, appelée cow pox ou vaccine, transmise par la vache. La vache, en latin, se dit vacca ; vaccin et vache ont la même étymologie.  (NB : après vérification étymologie s’écrit sans h).

Très tôt, dès le Moyen Âge, on s’était aperçu que les personnes ayant survécu à la variole étaient définitivement immunisées contre le fléau. Des praticiens eurent l’idée d’inoculer la maladie à leurs patients, avec un maximum de précautions, afin de les protéger contre les fréquentes épidémies. En effet, inoculer la variole n’était pas sans danger imposant que le patient soit très soigneusement isolé afin qu’il ne provoque pas lui-même une épidémie, la limitant de fait aux milieux aristocratiques et bourgeois.

Jenner se distingue de ses prédécesseurs qui  immunisaient leurs patients en leur inoculant la variole elle-même en prélèvant du pus sur la main d’une femme qui a été infectée par sa vache atteinte de la vaccine, et en l’inoculant par scarification à un enfant de 8 ans, James Phipps. Celui-ci contracte la vaccine sous la forme d’une unique pustule et en guérit très vite.

Trois mois plus tard, le médecin lui inocule le contenu d’une vésicule d’un patient décédé de la variole. À son grand soulagement, la maladie n’a aucun effet sur l’enfant. C’est la preuve que la vaccine l’a immunisé contre la variole en entraînant la formation d’anticorps propres à lutter contre l’infection : il était « vacciné ».

Napoléon se fit raconter cette histoire par une sommité médicale française, le Dr Guillotin, qui devait passer tristement à la postérité comme concepteur de la guillotine. Guillotin était partisan d’une vaccination systématique de la population, pour éradiquer le fléau. Il avait même obtenu pour cela le soutien du pape, et ce malgré la réticence d’une partie du clergé français. Sur les conseils de Guillotin, Napoléon avait fondé en 1804 la Société pour l’extinction de la petite vérole par la propagation de la vaccine.

En fait, Napoléon avait le projet d’envahir l’Angleterre, mais il avait appris que ce pays était touché par une terrible épidémie de petite vérole, le small pox. Il prit donc la décision de faire vacciner sa Grande Armée. Mais les résultats ne furent pas à la hauteur de ses espérances, puisque, à son abdication, environ 6000 hommes seulement sur un effectif de 50000 avaient été vaccinés.

Fidèle à ses convictions, il avait même fait vacciner son propre fils, le roi de Rome. Il caressait d’ailleurs le projet de rendre la vaccination obligatoire en France, mais les circonstances historiques ne lui en ont pas laissé le temps.

Édouard Jenner diffuse avec courage le principe de la vaccination dans le public, en encourageant la vaccination de masse. Ses opposants contestent l’innocuité de sa méthode ou même parfois dénoncent la prétention de vouloir contrarier les desseins de la providence.

La pratique de la vaccination se répand très vite en Europe et en Amérique, contribuant au recul des épidémies. L’OMS considère que la variole est éradiquée de la surface du globe depuis 1980.

6 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • jmfarnos sur 19 avril 2018 à 15 h 59 min

    intéressant ……a quand un article sur la vérole……sans capote au premier tu y as droit……

    • echkinazi chantal sur 19 avril 2018 à 16 h 04 min

    mon mari tu es trop fort… merci pour ces articles intéressants , merci pour tout le mal que tu te donnes…et le temps que tu y consacres cela en vaut il la peine ?

    • RIVOALLAN Jacques sur 19 avril 2018 à 16 h 41 min

    Belle question d’actualité

    • peretti jean sur 19 avril 2018 à 19 h 06 min

    Ok

  1. Merci pour cet article
    J’ai aussi une pensée pour Chantal, qui doit parfais attendre son webmaster de mari.
    Il est évident que sans l’implication de Serge, le site n’aurait pas trouvé sa seconde vie….

  2. ok merci

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.