Réforme universelle des retraites, les syndicats médicaux ont des analyses divergentes sur les résultats des négociations . Qu’en penser ? Quelle est l’analyse de la CARMF ?

Paris, le jeudi 16 janvier 2020 – Il y a quelques jours, le Premier ministre a enfin dévoilé son projet de loi de réforme universelle du système des retraites…Ce texte est, concernant notamment les médecins libéraux, l’objet de nombreuses interprétations contradictoires. Ainsi, si certains syndicats représentatifs se sont félicités des avancées obtenues, d’autres, à l’image du Dr Jérôme Marty (UFML-S) a dénoncé dans nos colonnes l’absence de garantie et un jeu de dupes.

Le Dr Thierry Lardenois, particulièrement concerné, puisque patron de la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF) semble lui aussi des plus pessimistes.

JIM.fr – Si l’on se réfère au projet de loi présenté par le Premier Ministre, quel est l’avenir de la CARMF ?

Dr Thierry Lardenois, président de la CARMF : la caisse complémentaire c’est fini, la mort de la CARMF est actée.

Depuis le discours du Premier ministre révélant que la génération des personnes nées en 1975 serait la première touchée par la réforme, à compter de 2025, nous pouvons considérer que la « CARMF canal historique » est à l’agonie.

En pratique, le nombre de cotisants en 2025 va s’effondrer passant de 101 000 à 49 000. Nous serons donc, à cette date, en liquidation, puisque nous n’aurons plus les cotisants pour couvrir les pensions des allocataires. Nous devrons alors faire appel massivement à nos réserves. Nos fonds propres seront ainsi utilisés entre 2025 et 2030 et en 2030, nous serons en cessation de paiements. Je parle ici de la CARMF « canal historique » avec un conseil d’administration indépendant, élu par 30 % des médecins, etc… Cette CARMF n’existera plus en 2030.

En 2030, nous serons en cessation de paiements

Pour autant, la CARMF ne disparaît pas totalement, puisque nous aurons des ayants droits. Le régime universel crée ainsi des caisses complémentaires nouvelles et abondera une CARMF, forcément nouvelle sur le plan juridique puisque les cotisants ne cotiseront pas au même régime que les cotisants historiques. Il y aura donc une CARMF 2, une CARMF « Canada dry », « générique », gérée par les syndicats. 

Donc la CARMF actuelle ne pourra faire autre chose que faire face à ses obligations juridiques et financières, jusqu’à éteindre la totalité de ses réserves plus ou moins vite selon que la CARMF « générique » l’alimentera plus ou moins bien en fonds nouveaux.

Aussi, à cette heure, on ne peut assurer aucune garantie aux retraités actuels et futurs jusqu’à la génération 1975 de percevoir la totalité des droits acquis.

JIM.fr – Quelles conséquences aura cette nouvelle mouture du projet de loi sur les cotisations et les pensions ? Sont-elles aussi délétères que ce que vous aviez envisagé précédemment ?

Dr Thierry Lardenois : contrairement à ce que nous réclamions, la réforme s’appliquera bien à trois plafonds de la sécurité sociale. Il est actuellement prévu un taux à 28,12 % en dessous d’un plafond, un taux à 11,94 % au dessus d’un plafond, mais il semblerait déjà que pour les indépendants et les libéraux, le taux à 28,12 % soit inconstitutionnel.

En pratique, il devrait être finalement appliqué, aux trois plafonds, un taux de 11 % + 2,81 % de cotisations de solidarité (qui ne donnent pas lieu à des droits) et ce n’est qu’au-dessus de ces 11 % que s’établiraient les nouveaux régimes complémentaires…qui ne seront que des régimes universels bis puisqu’ils seront gérés de cette façon : l’Etat donnera les ordres et les syndicats feront semblant de décider ! J’ajoute que rien ne dit dans le texte qu’au sein de ces nouvelles caisses complémentaires l’euro cotisé donne les mêmes droits qu’un euro cotisé dans le régime universel !

Les pensions seront catastrophiques

D’ailleurs, cette retraite complémentaire gérée comme le futur système universel, existe déjà en France pour les médecins : c’est l’ASV. Or, ces dix dernières années, le point a perdu 16,4 % et la cotisation a augmenté de 119 % !

Contrairement à ce que dit l’Etat, les évolutions pour les pensions seront tout autant catastrophiques.  Pour trancher définitivement la question nous allons lancer un audit indépendant qui rendra ses conclusions fin février.

JIM.fr – Quelle conséquence aura l’âge d’équilibre à 64 ans pour les médecins ?

Dr Thierry Lardenois : dans le projet de loi, on parle d’âge d’équilibre à 64 ans… Ce qui revient exactement au même que l’âge pivot ! Chez les médecins, l’entrée dans la vie active se fait autour de 25 ans. Pour atteindre le nombre d’années de cotisations (43,3 ans pour la génération née en 1980), on arrive à 68 ans.

Les médecins qui partiront à 62 ans auront une retraite inférieure de 40 %

La loi vous autorisera à partir à 62 ans avec 10 % de décote, mais comme vous ne serez au taux plein qu’à 68 ans, les médecins qui partiront à 62 ans auront donc une retraite de 40 % inférieure à ce qu’ils auraient eu à taux plein avec le système actuel. Donc, aucun médecin ne sera en capacité de prendre sa retraite avant 67 ou 68 ans.

JIM.fr – Quelle va être la suite des discussions et de la mise en œuvre du projet selon vous ?

Dr Thierry Lardenois : il faut d’abord souligner que nous n’avons aucun contact de quelque nature que ce soit depuis deux rendez-vous avec l’équipe Delevoye, il y a plusieurs mois. Pourquoi ? Parce que nous sommes des interlocuteurs techniques, nous sommes capables de répondre à leurs arguments et leur dire qu’ils ont tort quand ils ont tort.

Pour l’avenir, je pense que cette réforme va se faire et cela sera très vraisemblablement une catastrophe car l’équilibre financier n’est pas tenable, donc je prédis à moyen terme l’augmentation de l’âge d’équilibre, l’augmentation des cotisations et la baisse de la valeur du point.

Je ne vous cache pas que je suis extrêmement pessimiste pour l’avenir de notre profession.

Interview réalisée par Frédéric Haroche

21 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • Jean-Claude BELTRANDO sur 19 janvier 2020 à 18 h 47 min

    APOCALYPSE NOW !!! donc, à partir de 2030, on n’aura plus qu’à s’expatrier au Portugal, au Maroc (tant qu’il y a un Roi) ou au Vietnam !!!
    Au moins, on n’aura plus d’impôts à payer en France !!!

    • Cathy sur 20 janvier 2020 à 8 h 34 min

    J avoue être perdue. Mais ne pensez vous pas que d ici 2030 d autres gouvernements vont encore apporter des changements ???

  1. Professionnels libéraux : à vos portefeuilles.
    Posté le 11 janvier 2020 par Gérard Maudrux

    Avec le Régime Universel, certaines professions libérales vont voir leurs cotisations exploser, d’autres leurs pensions faire le plongeon, toutes vont voir leurs régimes autonomes et professionnels disparaître. Aucune n’est épargnée, et pourtant, combien de protestations syndicales ? Combien dans la rue ?

    Si on n’entend pas les chambres, l’UNAPL, regroupant 67 syndicats de PL (dont CSMF et SML chez les médecins) vient de trouver la solution pour compenser la baisse importante des futures retraites. Au lieu de rejeter une réforme qui lèse tout le monde, on l’accepte si on leur donne le droit de faire payer plus les confrères pour avoir la même retraite qu’avant !

    Lors de son Conseil National du 9 janvier, l’UNAPL a décidé de demander la possibilité de « créer un régime complémentaire », bien entendu et précisé « obligatoire », pour « permettre aux libéraux de conserver leur taux de remplacement actuel ». Vous avez bien lu : OUI À LA RÉFORME, UNIQUEMENT SI ON FAIT PAYER PLUS LES LIBÉRAUX !

    Voilà la position défendue pas vos syndicats. Un nouvel étage qui s’ajoute au Régime Universel. Mais qui a mis en place ces faux défenseurs de nos professions ? Vous, et vous êtes prêts à revoter pour eux lors des élections professionnelles, ou à vous abstenir pour qu’ils passent encore mieux.

    Chez les médecins il faut savoir que ces propositions ont été avancées par vos syndicats lors de la réunion sur le RU le 7 janvier, et bien entendu les autorités n’ont pas dit non. Quelle aubaine pour eux : faire accepter le RU en échange de cotisations supplémentaire ! Ils n’en demandaient pas tant !

    « La baisse des prestations pourrait être compensée par un régime complémentaire obligatoire par répartition géré par les médecins », dixit jeudi Mr Ortiz, Président de la CSMF. Facultatif et en capi, je n’aurais pas dit non, mais obligatoire et répartition, en plus du RU, ils ont réussi à proposer pire que le RU seul ! Qu’en pensez-vous ?

    Ces mêmes syndicats s’étaient félicité d’avoir « sauvé » l’ASV. Vous avez vu à quel prix : cotisation doublée, retraite divisée par deux, c’est à dire « sauvé » sur le dos des affiliés. Mêmes syndicats, mêmes remèdes : demain ils vont « sauver » vos retraites sur votre dos, en vous faisant payer 10% de plus que les autres Français, à revenu égal. Vous verrez qu’ils vont crier victoire, haut et fort. Sachez que beaucoup de ces syndicalistes, ceux qui parlent le plus fort, quand ils le peuvent réclament de leur syndicat non des indemnités de libéraux, mais des salaires, pour ne pas passer par leur caisse de retraite et échapper aux cotisations qu’ils veulent pour vous.

    • Jean-Claude BELTRANDO sur 20 janvier 2020 à 18 h 28 min

    Vive les restos du Cœur et la soupe populaire de la Croix rouge !

    • coste andre sur 20 janvier 2020 à 19 h 48 min

    Bebel tu pourrais nous prévoir une jonque dans la baie d’along avec fumerie d opium poissons péchés par nous mêmes nuoc mam et on n invitera pas nos présidents actuels, ni passes, je parle de syndicat,mais très volontiers le président en exercice de la FNIAIHRS et sa charmante épouse,charge à lui d alimenter la cave

    • Dominique HERBECQ sur 20 janvier 2020 à 20 h 00 min

    Pourquoi les avocats qui ont comme nous une caisse autonome manifestent et pas nous je comprend plus rien

    • Jean-Claude BELTRANDO sur 20 janvier 2020 à 20 h 11 min

    Bonne idée André bien que je ne fume pas mais j’aime le poisson et le bon vin, on risque de finir tous en « Indochine » !!!

    • COUX sur 20 janvier 2020 à 21 h 48 min

    il y a un appel à l’action à partir du 3 fevrier;https://www.fmfpro.org/appel-a-l-action-a-partir-du-3-fevrier.html
    une affiche pour nos salles d’attente et un beau texte d’un confrère…

    La grève est difficile dans nos métiers, surtout prolongée, mais on peut faire des actions groupées en prévenant les medias, par ex rassemblement devant les prefectures ou sous pref.. en blouses blanches etc…

    Dommage la encore les syndicats ne sont pas tous sur la même longueur d’onde, j’ai l’impression que certains ne verraient pas d’un mauvais oeil la fin de la CARMF …

    Mais on s’est déjà fait avoir avec l’ASV ( augmentation des cotisations et diminution de la valeur du point …) , de quoi rendre méfiants +++

    • Dominique sur 20 janvier 2020 à 22 h 34 min

    Merci Francoise pour tes lumières

    • houis sur 21 janvier 2020 à 12 h 54 min

    Qui pourrait contacter notre ami et ancien jean paul ORTIZ pour qu’il nous explique son argumentaire sur ce futur régime complémentaire obligatoire !!!
    Merci à Jean Claude ou Jacques de le prier de nous expliquer.
    Merci

    • coste andre sur 21 janvier 2020 à 17 h 08 min

    Pour francoise, je vous ai rappelé le mouvement de 1979 donc la grève est possible.N oublions pas nos confrères Belges qui il y a quelques années avaient déserté leur pays pour un week end à l étranger et ont eu gain de cause tout de suite.D accord avec Bernard,il me semble que notre ami et ancien(pour reprendre ta formule)nous a bien oubliés,à preuve le congrès de Blois.

    • KALI sur 21 janvier 2020 à 19 h 18 min

    Qu’en penses-tu Serge?
    toi le sage et jeune retraité!

    1. Comme je te l’ai dit de vive voix, je ne regrette pas d’avoir cessé mon activité libérale à 62 ans. Ma motivation n’était pas financière mais en plus je ne suis pas sûr d’être vraiment perdant financièrement.
      Calcul simple : Cela va bientôt faire 3 ans que je touche ma rente soient 30 000 euros annuels après impôt et que je ne cotise pas à la CARMF. Si tu ajoutes pension perçue et cotisation économisée, tu vois que même si je perds 500€ par mois, il faut quelques années avant de faire quitte. Et si le montant des pensions baisse, ce qui risque d’être le cas, la mienne sera moins touchée que celle qui n’a pas encore été calculée.
      Pour ceux qui ont besoin de travailler quelle que soit la raison et une fois atteint l’âge et le nombre de trimestres où on peut décrocher, je recommande de le faire sous forme de cumul emploi retraite et en salariat pour pouvoir commencer à gagner de l’argent dès la première heure de travail (et non après avoir fini de payer ou provisionner les charges de travailleur indépendant et de fonctionnement, ce qui contrairement aux vacations salariées ne laisse pas l’entière liberté de choisir la quantité minimum de travail à effectuer). De plus le salariat permet d’éviter de cotiser à la CARMF à fonds perdus, voire même de voir ces cotisations renflouer d’autres caisses. Mais chacun fait ce qu’il croit bien et s’il existe plusieurs options c’est qu’il n’y en a pas une qui soit magique. Nous pouvons en débattre ici si vouds le souhaitez

    • Daniel LOURENÇO sur 21 janvier 2020 à 21 h 39 min

    je voudrais bien voir l’argumentaire de Jean Paul ORTIZ
    les nouvelles sont très alarmantes

    • KALI sur 23 janvier 2020 à 17 h 48 min

    Et bien je t’ai écouté Serge! car à la retraite depuis 22 jours, soit à 62 ans et 2 mois. Pas encore de projet structuré pour la suite mais plein d’idées 😇😀

    • Jacques Rivoallan sur 23 janvier 2020 à 19 h 24 min

    Moi j’ai pris ma retraite à 65 ans et je cumule depuis 4 ans1/2 avec un emploi salarié à l’hôpital.
    Comme le dit Serge, je m’en trouve très bien.

    • cathy sur 24 janvier 2020 à 10 h 56 min

    le probleme de prendre sa retraite a 62 ans et de travailler en sus c est que le montant de ta pension reste figée avec les decotes ( 65ans à 62 ans) que tu payes toujours la carmf et si tu t arretes a 67 ans definitivement ta renumeration ne bouge pas et tu auras perdu ce qui normalement te serait revenu a l age de 67 ans ;me trompe- je?????

    1. Tu as raison c’est pourquoi je conseillais un emploi cumul emploi retraite en salarié et non en indépendant. Tu peux ainsi adapter tes ressources à tes besoins. Je ne veux pas être un oiseau de mauvais augure mais je crains que le montant de la pension complète dans 5 ans n’ait pas été revu à la baisse et sans parler de l’horizon 2030 dont font état les interviews de 2 personnes censées savoir de quoi elles parlent.. même elles sont parti prenantes

    • cathy sur 24 janvier 2020 à 11 h 31 min

    donc a part un certain jardinage jardinage et le plus vieux metier du monde tu proposes?????
    bise

    • Jean-Claude BELTRANDO sur 25 janvier 2020 à 12 h 36 min

    Je suis partiellement d’accord avec Serge concernant le cumul-emploi retraite dès l’âge légal; pour moi, c’était à 65 ans (1948) et j’ai liquidé toutes les retraites début 2014 suite à l’exposé de Francis Rubel (que je remercie) au Congrès de Porquerolles en 2013 tout en continuant à travailler en libéral (cabinet + clinique) et à l’hôpital de Grasse (Chef de service ORL à temps partiel) ce qui m’a permis de cumuler plusieurs revenus même si mes impôts ont un peu augmenté (mais j’ai 3 parts avec mes enfants de 6 et 8 ans) et même si je paye actuellement 1000 € de cotisation CARMF (déductible fiscalement) je suis gagnant car si je n’avais pas pris ma maigre retraite il y a 6 ans (2 700 €/mois diminuée à 2 650 € par la CSG Macron), je n’aurais pas touché 190 000 € de pension cumulés qui m’ont permis de solder le crédit de ma maison (2000 €/ mois) en 7 ans au lieu de 15 ans ! donc à chaque situation correspond un calcul à faire mais moi, je n’ai jamais aussi bien vécu !!!

    • Denis Rueg sur 26 janvier 2020 à 9 h 44 min

    Les avocats manifestent , pas les médecins. On n’entend rien ….
    Aurions nous mal compris ? Ne sommes nous pas assez informés ?
    Que disent les syndicats ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.