La radiologie spécialité hyper technique par essence… Mais pas que… Michèle Fourchon nous indique comment elle a su introduire une dimension humaine entre le patient et la machine

Notre amie Michèle Fourchon, dont l’implication pour autrui n’est un secret pour personne, nous explique pourquoi et comment elle s’accomplit  dans sa pratique de la radiologie, en accompagnant au moyen de séances d’hypnose, des patientes en difficulté lors d’examens ou d’actes invasifs.

Cliquez ici pour prendre connaissance de l’interview.

7 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Si besoin je vais à Montpellier 😉

  2. Bravo Michèle

  3. Excellent article Michèle ; confirmation de ton implication dans un mieux être par une méthode non médicamenteuse ; comme tu le dis bien, celle-ci n’est vraiment efficace que si l’hypnotherapeute est réellement parti prenante . Et je le confirme aussi dans ma pratique d’hypnotherapie.
    Continues dans cette voie , elle apporte plein de satisfaction.

  4. Moi qui ais déjà eu du mal pour mon IRM des genoux si je dois en avoir une d’un organe plus haut que le genou j’irai à Montpellier
    Heureusement qu’il existe des médecins qui acceptent et pratiquent des médecines parallèles
    Bravo

  5. Super Michele un grand merci pour cette pratique de notre métier bravo pour cet interview
    Jean Michel Hervochon

  6. Bonjour Dr Fourchon,

    Je suis Manipulatrice et j’ai quelques notions d’hypnose « conversationnelle ». Nous souhaiterions mettre en place l’hypnose pour nos patients claustrophobes en IRM.
    J’aimerais savoir comment se passe la prise en charge de ces patients:
    Sont-ils convoqués en amont du rendez vous d’IRM ?
    continuez vous à leur parler pendant l’IRM ?
    le créneau est-il plus important pour ces patients ?
    Présentez vous la technique d’hypnose au patient ou parlez vous simplement de relaxation?
    Merci pour vos réponses
    Bonne continuation

  7. Bonjour, et Merci pour tous vos commentaires!

    Le processus hypnotique est un très bel outil dont il ne faut vraiment pas se priver car il amène du confort pour le patient mais aussi pour l’acte médical!
    Concernant les patients claustrophobes à l’IRM, je les vois en consultation pré-IRM si possible la veille de l’examen pour étudier le dossier et créer l’alliance, et je les revois dans le box de préparation à l’IRM, mais le créneau d’IRM n’est pas plus long pour ces patients.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.